Présentation

Depuis plus d’une décennie, Valérie Caillet-Bois mène une recherche constante autour de la couleur, du relief et du mouvement. Elle puise son inspiration principalement au contact de la nature. Lors de randonnées en montagne, pédestres ou à ski, elle s’inspire de tout ce qu’elle découvre, s’en imprègne pour conserver en elle les images mentales de ces courbes, ces jeux d’ombres et de lumières qui deviennent alors sa matière première.

Chaque jour, Valérie Caillet-Bois traduit sur papier ces paysages rencontrés pour leur donner du sens, de manière abstraite ou figurative, en saisir l’essence pour mieux les comprendre et explorer l’émotion qui s’en dégage. Cette démarche a toujours été le point de départ de son art, son ancrage et lui donne l’opportunité d’être dans une quête créative en perpétuelle évolution.

Dès les prémices de son parcours artistique, elle a, sans relâche, travaillé les pigments purs sous différentes formes, additionnés à d’autres éléments (caséine, tempéra, goudron) pour donner tantôt du relief, tantôt de la transparence à ses œuvres. Elle compose ainsi ses nuances jusqu’à obtenir le trait qui permettra de faire apparaître une perspective, une profondeur particulière ou mettra en lumière le sujet principal de sa toile.

Comme pour ses tableaux de l’exposition « altitudes », Valérie Caillet-Bois utilise la technique du marouflage. Cette manière de travailler lui permet d’avancer par étapes, d’assembler, d’enlever et rajouter, de restituer un volume, d’utiliser les superpositions de matières, de sentir les aspérités, on pourrait presque percevoir les différentes roches, les strates, les arêtes. Le tableau prend vie…

Les références auprès desquelles Valérie Caillet-Bois s’est enrichie et a forgé son expérience sont Franco Frascaroli, Géraldine Es-Borrat et l’école de vitrail Guy Christina .

Par Mélanie Bertschy